Time Fades Away

mercredi 5 décembre 2007

Le Guide Du Snobinard 2007

Retour sur ce qu’il faudra retenir de 2007, côté disque. A l’heure où la musique fait de moins en moins recette, que son mode de diffusion est en plein bouleversement, entre mètres linéaires de cd qui fondent comme neige au soleil, et fichiers en téléchargement. Sur 70 albums estampillés de l’année, écoutés et testés, voici les 30 premiers.

1 Radiohead - In Rainbows
Passons sur le publié/sera pas publié, il sortira au bout du compte le 31 décembre prochain, la révolution de ce nouveau Radiohead n’est pas sa mise à disposition « à vot’bon cœur » en fichiers à télécharger, mais que le groupe est capable de surprendre une fois de plus, en sortant probablement son meilleur album. Et finalement c’est ça, le plus important : l’album, la collection de chansons, support ou pas.


2 Wilco - Skye Blue Skye
Ça commence par une valse hésitation: brillera, brillera pas l’soleil aujourd’hui. Des textes simples qui parlent de rupture, de séparation, avec des mots de tous les jours, une pointe d’humour, beaucoup de dignité. Et des guitares qui bouillonnent sans jamais déborder.


3 Queens Of The Stone Age - Era Vulgaris
Toujours ce vieux malentendu autour d’eux et cette atmosphère malsaine. Les popeux voudraient les faire passer pour de gros bourrins, les hardeux les dénigrent, à deux doigts de les traiter de tafioles. Victoire par KO une fois de plus, avec son énorme, directions extrêmement variées, et des titres qui font méchamment taper du pied.


4 Kings Of Leon - Because Of The Times
Un cap décisif est franchi question songwriting avec ce troisième album. Le tout impeccablement habillé par Ethan John, à la fois capable de délicatesse infinie avec Ray LaMontagne l’an passé, que d’un rock puissant et teigneux avec les frères Followill. Entre Lynyrd Skynyrd et les Strokes…


5 Iron And Wine - The Shepherd’s Dog
Sam Beam, entouré de quelques musiciens dont Joey Burns de Calexico et Paul Niehaus de Lambchop pour épauler remarquablement ses nouvelles compositions et leur donner un relief très 70’s. Que ses admirateurs se rassurent : il n’a pas changé d’un cheveu, d’ailleurs il n’a toujours pas été chez le coiffeur.


6 Arctic Monkeys - Favourite Worst Nightmare
Deuxième tome des aventures de la bande de Sheffield attendue au tournant, qui pour le coup, devient réellement plus que «le groupe découvert sur internet» et tient toutes ses promesses. Tout aussi estimable et même peut-être meilleur encore que le premier.


7 Patrick Watson - Close To Paradise
Déjà multi récompensé au Canada l’an dernier, l’atmosphère hypnotique et l’univers amniotique du groupe de Patrick Watson enivre les sens sans trop de résistance. Assez parlé d’Antony, Pink Floyd, Beatles, Jeff Buckley ou bien Radiohead, place à Watson.


8 Low - Drums And Guns
Austérité, repli autiste après la production cartoonesque et multicolorée de The Great Destroyer. Album post dépression pour Alan Sparhawk. Production radicalement sobre pour (une fois pour) David Fridmann, au risque de faire passer ces titres pour une collection de démos. Aussi décapant que l’eau forte.


9 PJ Harvey - White Chalk
Depuis quelques années on écoutait ses albums avec un ennui… polly. Mais cette fois-ci, le millésime 2007 est une surprise inespérée, par sa teinte, ses instruments, et les compositions tout simplement. Une femme plus libre/libérée que jamais, qui nous mène par le bout du nez. Un grand cru.


10 Blonde Redhead – 23
Toujours sous très forte influence gainsbourienne, Kazu et les frangins Pace poursuivent l’épure, avec une pop très sophistiquée, très éthérée au grand désespoir de leur fans les plus hardcore qui n’hésitent pas à citer Mylène Farmer (oh, les vilains!) pour décrire leur virage musical.


11 Devendra Banhart - Smokey Rolls Down Thunder Canyon
Une meilleure maîtrise de son trémolo, un accompagnement très 70’s mais qui ne dégueule pas, une inspiration puisée plus au sud, des titres interprétés en espagnol ou en portugais, alors qu’on n’attendait plus grand-chose de lui. Une bonne surprise, l’album que je préfère de lui.


12 Andrew Bird - Armchair Apocrypha
La petite entreprise d’Andrew Bird se porte plutôt pas mal, lui permettant de recruter un musicien de plus pour la scène. Moins théâtral et moins puissant que The Mysterious Production Of Eggs, ce troisième volet entamé avec Weather Systems en 2003, reste de haute volée.


13 The Rakes- Ten New Messages
Eternels outsiders de la scène rock anglaise avec leur air de pas y toucher et leurs têtes de premiers de la classe, Alan Donohoe et les siens n’ont délibérément pas voulu poursuivre dans la veine des bombinettes punk-pop de Capture/Release, pour un exercice pop plus varié, et particulièrement réussi, à l’heure ou beaucoup de sensations britanniques ont déjà pris le bouillon.


14 Editors - An End Has A Start
Avantage England. Jackpot pour Tom Smith et sa bande qui ruinent la crédibilité des américains d’Interpol qui leur ont ouvert la voie. Des titres très accrocheurs, des guitares et une voix qu’on a entendu on ne sait où ailleurs mille fois, mais que diable! Plus Coldplay que Joy Division néanmoins.


15 Etienne Daho - L’Invitation
Retour en grande forme, après une Réévolution à moitié réussie. Daho sort un disque très personnel, passe en revue tous les méandres du sentiment amoureux, de la rencontre à la rupture (encore un qui la prône!). Un de ses trois meilleurs albums.


16 Amy Winehouse – Back To Black
Pour impressionner votre petit neveu, cousin, ou je ne sais quel boutonneux, le visage tout maculé et pustuleux d’acné, faites-lui donc comprendre qu’il n’y connaît rien s’il écoute toujours Mika. Conseil d’amy.


17 The Fratelli’s - Costello Music
Nouveaux venus tout droit d’Ecosse, sensation rock du début d’année, fortement inspirés par T-Rex et le glam-rock, les Fratelli’s, qui furent choisis un temps pour illustrer le temps d’un spot publicitaire le baladeur numérique d’une marque à la pomme, ont plus d’un tour dans leur sac.


18 Cold War Kids - Robbers & Cowards
Sorti l’an passé aux States, hype sur le net, mais distribués en Europe seulement ce printemps, les californiens de Cold Ward Kids marchent avec la même insouciance sur le pas de leurs aînés, les regrettés Pavement.


19 Beirut - The Flying Club Cup
Deuxième rendez-vous pour Zach Condom plus francophile et plus fan de Brel que jamais, avec ses zouaves et leurs drôles d’instruments. Les grandes plaines, les Balkans qui se retrouvent au cœur de St Germain Des Prés.


20 Klaxons - Myths Of The Near Future
Il y a douze mois tout juste, l’album n’était pas encore sorti, sur la foi de quelques singles hédonistes qui rappelaient le joyeux bazar des Happy Mondays, on ne parlait que d’eux. Ils ont le Mercury Prize (meilleur album anglais) maintenant en poche.


21 Arcade Fire - Neon Bible
Adulés de toute part depuis Funeral, bon disque certes mais qui, faut t’il l’avouer, ne m’a jamais complètement convaincu. C’est avec cet album que je les préfère.


22 The National – Boxer
La mélancolie nonchalante, la voix grave et profonde de Matt Beranger qui fascine et me fait le même effet. Toujours la grande classe.


23 The Shins - Wincing The Night Away
Pop raffinée et ciselée après quelques années d’absence du groupe de James Mercer, exilé à Portland, et qui revient sans courber… l’échine.


24 Josh Rouse - Country Mouse, City House
Deuxième livraison depuis l’Espagne où Josh Rouse s’est offert une retraite dorée. Un beau disque automnal paru au plein cœur de l’été.


25 Jean-Louis Murat - Charles et Léo
Il a dit modestement, face aux compliments qu’on lui faisait : Oh mais j’ai surtout eu un excellent parolier… Projet secondaire et exercice de style réussi pour l’auvergnat qui interprète magnifiquement et se réapproprie Baudelaire en faisant taire la grandiloquence de Ferré.


26 Vic Chesnutt - North Star Deserter
Dix ans que je n’avais pas eu le coup de coeur pour un album de Vic Chesnutt. Retour en grande forme, épaulés des zigues du label Constellation, pour un disque tendu et intense.


27 Robert Wyatt – Comicopera
Non!! Ne pas croire à une course de fauteuil roulant avec Chesnutt. L’ensemble de l’œuvre de Robert Wyatt est toujours au dessus du lot. Le timbre de sa voix reste intact.


28 The White Stripes - Icky Thump
On croyait en avoir fini avec ces deux-là, la formule usée jusqu’à la corde. Et bien non, ils surprennent encore, plus 70’s que jamais.


29 Emily Haines And The Soft Skeleton - Knives Don’t Have Your Back
Parrainée par Robert Wyatt, donc rien à voir avec son groupe Metric, option piano voix et ambiance lunaire. Hypnotique avec une pointe de sensualité.


30 Elvis Perkins - Ash Wednesday
Le folk d’Elvis Perkins reste un mystère. Il chante la perte, le deuil, un mercredi de cendre qui suivit un certain mardi, 11 septembre.

10 commentaires:

Kill Me Sarah a dit…

Finalement j'en ai acheté 9 dans toute cette liste... pas beaucoup...
Patrick Watson tout le monde trouve ça extraordinaire, je trouve juste ça chiant... les deux chanteurs à roulettes (Wyatt, Chesnutt) l'emporte haut la main... le Radiohead est quand même fade (attendons les bonus, mon coffret devrait arriver sous peu)... l'Elvis Perkins va rester aussi... le reste j'en suis moins sûr...

Kill Me Sarah a dit…

Ca fait commentaire de vieux con un peu mais bon... j'aime bien le Blonde Redhead aussi, l'inverse de tout le monde...

Nat a dit…

Sur 30 j'en connais 7... Même pas un tiers... Et encore quand je dis connaître c'est un bien grand mot !!! Je crois que je suis complètementé dépassée... :(

Solitary Man a dit…

KMS>
9? Laisse moi deviner...
Radiohead, Wilco, Low, Blonde Redhead, Beirut, The National, Chesnutt, Wyatt, Perkins.
Belle brochette non?
De là à pronostiquer ce qui va rester dans 20 ans... Puis les uns poussent les autres vers la sortie au fur et à mesure, il n'est pas donné à tout le monde d'avoir le talent, le génie ou tout simplement l'inspiration pour durer. Puis des fois un seul disque majeur a suffi.
Faut écouter des fois le côté fashion qui sommeille en soi...

Nat, ma fashionista>
7! Bravo! Wilco, QOTSA, Watson, Low, Banhart, Chesnutt qui ont illustré différents posts... ici, et Arcade Fire chez RVT.
Pas mal non plus.

Rodolphe a dit…

Tout plein d'idées. Reste qu'il n'y a pas eu vraiment de méga-bombe cette année, si ?

Kill Me Sarah a dit…

Ah non je n'ai pas acheté le Wilco, sinon tu as tout bon. Remplace par The Shins.
Et sinon j'ai écouté 3 fois le cd2 d'In rainbows aujourd'hui et je le préfère au premier.

Solitary Man a dit…

RVT>
Si Boulevard Malesherbe, ce jour... Un peu limite, je sais.
Mais enfin!! La méga-bombe de l'année c'est TOI!!

KMS>
Aim'pas Wilco, toi? Il est bien The Shins aussi!
Et COMMENT ca se fait que tu aies DEJA le deuxième In Rainbows. "Un peu fade" t'y vas un peu fort... Leur disque le plus facile d'accès, sans doute.

Kill Me Sarah a dit…

Comment comment... si tu regardes dans ta boîte tu sauras comment.

Solitary Man a dit…

KMS>
Tu vas plus vit'qu'l'facteur, toi!!

Rodolphe a dit…

SM>
orf orf orf :)