Time Fades Away

mardi 27 juillet 2010

Quoi qu'on dise

On dira que j'étais parti en vacances. On dira j'avais besoin de prendre le large histoire de changer d'air. On dira que j'aurai fait un beau voyage, rencontré un tas de gens qui m'auraient ouvert les yeux. On dira que j'ai bien de la chance, une vie bien remplie, pas le temps de donner de nouvelles, c'est toujours mieux que de chercher à lui donner un sens devant un écran. On dira que tout ça m'a manqué mais que je n'ai eu ni la force ni le courage de pondre une ligne. Et que je n'ai cessé de vous lire, même si beaucoup ont abandonné l'aventure. On dira qu'il y a un truc qui cloche pour que je reste silencieux et prostré et surtout incapable de dire les mots justes. On dira que je vous ai épargné bien du fiel et des jérémiades. On dira que j'aurai été blessé, ou souffrant, comme vous voulez, c'est toujours mieux que malade. On dira que j'aurai pris des risques, voulu faire acte de bravoure, entrer en résistance. Que c'est bien beau mais que ça ne peut s'envisager qu'à court terme, si rien en soutien ne vient prendre le relai, c'est un jeu dangereux. On dira que la situation se tasse sans trouver son issue. Que la perspective du provisoire m'inquiète, sans que je n'aie vraiment le choix, ni du temps ni de ce qui génère mon angoisse. On dira que le plus important c'est d'avoir la paix, l'esprit dégagé, qu'il n'y a que de cette façon que je puisse avancer. Tout ça tient à peu de chose. Le bonheur, le malheur, tout ça est relatif et circonstanciel. Qu'on peut passer de l'un à l'autre comme on voit se lever les nuages bas avec la marée en fin de journée. On dira que rien ne sert à s'étendre sur le sujet. Que j'ai besoin de changer d'air, me changer les idées, de faire un beau voyage, de rencontrer un tas de gens qui m'ouvriraient les yeux, les oreilles, le coeur. Mais, encore convalescent, ce sera pour un peu plus tard. On dira que reprendre les choses où on les avait laissées: la course, la lecture, écouter et découvrir de nouvelles pistes musicales c'est déjà pas si mal.

4 commentaires:

Arty a dit…

On dira qu'en tous cas ça t'a inspiré un bien joli texte !

Solitary Man a dit…

Merci, fidèle lectrice! Faux départ ou pas. A suivre...

Christophe a dit…

Oui c'est superbe. Et je n'en pense pas moins, sans doute pour ça que je n'écris pas.

Solitary Man a dit…

Et de deux!! Merci. On va voir ce qu'on peut faire...