Time Fades Away

vendredi 29 février 2008

Hommelettes norvégiennes

Ne pas s'arrêter, ne surtout pas s'arrêter. Ne pas partir trop fort, faire attention au souffle, ne pas trop forcer, on a laissé la montre à la maison. Juste histoire de voir si j'ai pas trop rouillé, si je tiens encore la distance, si je fatigue pas trop vite, si j'arrive à retrouver des sensations. J'avais dit que je reprendrais la course en février, j'ai tenu parole. Il s'en est fallu d'un rien pour que ça capote. Ça n'a tenu qu'à cette journée supplémentaire, que j'avais Dieu merci chômée. Tous les quatre ans, un 29 février, une journée de plus, qui rallonge l'hiver. Je n'ai jamais aimé les années bissextiles.

Il faisait beau pourtant, le soleil me caressait quand je courais. Un peu bas, pas trop chaud, une douce sensation de chaleur qui m'accompagnait dans ma foulée et de temps à autre un nuage lui passait sous le nez. La lumière était claire, pas trop aveuglante, un peu comme sur cette photo du premier album de Minor Majority. Quelque part entre Neil Young et les Tindersicks, une musique fragile et délicate, une voix pleine et chaude.

Il viennent de publier, il y a deux semaines, une compilation Candy Store de leurs trois premiers albums et du premier EP. Mais tout l'intérêt réside dans le deuxième disque qui regroupe une bonne dizaine de titres inédits, de la même qualité. J'aime beaucoup ces Norvégiens. Ils sont publiés en France par un petit label bordelais, Vicious Circle. Et ils ont au moins à leur actif un véritable chef d'oeuvre, Up For You & I, paru ici en mai 2004.

La Norvège toujours, avec un autre de mes petits protégés, Thomas Dybdahl, dont va sortir la semaine prochaine le deuxième album de The National Bank Come On Over To The Other Side, un de ses nombreux side projects. Et par le plus pur des hasards, je suis tombé tout l'heure sur Stray Dogs son deuxième album chez Glitterhouse, sorti chez nous en avril 2005, que je cherchais depuis un moment et qui devient plus difficile à trouver. Thomas Dybdahl qui lui aussi a à son actif deux vrais chef d'oeuvres: That Great October Sound (août 2004) et Science (octobre 2006). Je voulais illustrer tout ça d'un ou deux clips, mais Your Teub se montre capricieuse ce soir, la vilaine. Vous perdez pas au change, je vous ai dégoté un concert entier de la tournée Science. Viendrez pas dire qu'on vous bichonne pas ici, après!!

4 commentaires:

Kill Me Sarah a dit…

Oh Minor Majority je crois bien que les avais oublié... j'avais acheté leurs 2 albums lors d'un concert où il faisait la première partie il y a bien 4 ans... en fait sur disque je trouvais que ça manquait un peu de la vie que ça avait sur scène... résultat ils doivent être en bas d'une pile...

Solitary Man a dit…

En bas d'une pile... Minor Majority fait un peu office de Tindersticks du pauvre, et Up For You & I mérite mieux que ça, tout de même. Il cale pas une étagère c'est déjà ça. Tu peux t'y risquer à nouveau la prochaine fois que tu déplaceras les piles...
Tindersticks dont je ne sais pas bien si on doit attendre quelquechose de leur retour fin avril. J'ai bien peur qu'ils n'aient tout dit avec leurs trois (magnifiques) premiers (doubles) albums.

Kill Me Sarah a dit…

Tu as écouté le nouveau morceau sur leur myspace?
C'est pas ça je trouve...

Solitary Man a dit…

Il faudra bien voir sur la longueur de l'album, mais je t'avoue que ça n'éveille plus autant d'excitation, comme naguère.
Puis il semble bien qu'il ne reste que la moitié des membres d'origine, Neil Fraser, guitares, Alan Boutler, claviers, déjà présents sur les deux premiers albums solo de Start Staples.
Je n'ai pas encore trouvé d'info complète sur le nouveau line up, mais, à priori exit le batteur, le bassiste, surtout, adios Dickon Hinchcliffe, le violoniste... Aïe aïe aïe...