Time Fades Away

dimanche 20 janvier 2008

Double menton et gros nichon

Il y a une quinzaine d'année, je me souviens avoir été fort impressionné par Little Odessa, le premier film de James Gray, que je n'ai pourtant jamais revu depuis. James Gray a toujours la côte des critiques, avec seulement trois films à son actif. Je garde un souvenir moins précis de The Yard, puisque j'ai lamentablement piqué du nez devant. Mais que voulez-vous, un film en dvd, vautré sur le canapé, ça représente un certain handicap. Je n'ai même pas cherché à le visionner une seconde fois avant de le rendre, comme quoi, si j'ai opté pour la sieste à la place, c'est qu'il y avait déjà un problème.

La Nuit Nous Appartient , son troisième film commence fort: une espèce de bimbo se chatouille le bas du ventre, et tandis que son amant la pelote, elle laisse saillir un sein lourd à l'aréole trop large. Beurkk!! Je n'ai jamais ça trouvé beau, ça fait vache laitière, ou que ne sais-je. Une vague histoire de frères ennemis, l'un, le bon samaritain, Mark Wahlberg, est policier, l'autre, la brebis galeuse, Joacquin Phoenix, gérant de boite à la mode qui héberge tout genre de petits trafics. Le bon demande au méchant de l'aider à coincer tous ces pairs parce que c'est pas bien tout ça, puis au bout du compte le méchant va aider le bon pour venger le papa qui était lui aussi un bon, puisque flic. Le tout sur fond de maffia russe, décidément très à la mode ces temps-ci, avec Cronenberg pour ceux qui auraient pas suivi.

N'allez pas voir ce film. A part une course poursuite en bagnole sous la pluie, on finit par s'ennuyer gentiment. On reconnaît à peine Joacquin Phoenix, qui interprétait déjà un Johnny Cash cul-cul-la-praline dans le finalement un peu nunuche Walk The Line, et qui s'est depuis laissé pousser le double menton et a pris, l'air de rien, vingt kilos. Comment ça , j'exagère??
Avant:


Après:


On se demande que fait Eva Mendes, la bimbo du héros, sinon la potiche. On aurait supprimé son rôle au montage, on l'aurait pas trouvé de manque. On se dit au départ qu'elle doit bien avoir une fonction dans l'intrigue, tout de même, bien mineure à vrai dire, à part rouler des yeux et s'enfoncer un doigt... Mais je cherche toujours lequel. On se dit que c'est elle, la plaque tournante, l'agent double, celle qui va trahir, tant on insiste à nous la montrer avec de mauvaises fréquentations, à nous l'exhiber au bord de la crise de nerf, tout en désarroi intérieur. Pire, elle finit par quitter Joacquin Phoenix et le film par la même occasion, en laissant une lettre, qu'il ne prendra même pas soin d'ouvrir. Alors on se dit que le film va enfin rebondir, avec cette lettre non décachetée. Et bien non!
Ou c'est moi qui ai rien compris.
Si James Gray continue de tourner à cette cadence, son prochain film est prévu pour 2015... sans moi.

5 commentaires:

Monsieur CRE a dit…

J'étais assez dubitatif après LITTLE ODESSA, que je n'ai jamais revu. Mais THE YARDS, vu en vidéo sur mon canapé, était particulièrement chiant. Et je n'ai même pas dormi (ça m'arrive des fois, même quand le film m'emmerde).
Pour celui-ci, je passe mon tour.
Marky Mark, il est toujours over musclé ?

Arty a dit…

T'as quoi contre les fortes poitrines ??? Mmm ???

Bon si je comprends bien heureusement qu'elle n'était pas blonde, ça aurait été le summum !!!

Solitary Man a dit…

Cre>
Pas l'ombre d'un téton voyons, si ce n'est celui sus cité. Puis Mark Machin Chose, qui pourtant est plus jeune que moi, paraît facilement dix ans de plus.

Arty>
Pupuce!!! C'est pas c'qu'j' voulais dire... C'est l'aréole dilatée que je trouve pas... sexy.

Rodolphe a dit…

Oui parlons un peu de la forte poitrine de Arty.

Solitary Man a dit…

Hi hi!! On t'écoute...

RVT: Avant que de parler, prenez moi ce mouchoir.
Les Gens: Comment??
RVT: Couvrez ce sein que je ne saurais voir!

Tartuffe - Molière.