Time Fades Away

dimanche 3 juin 2007

Graaande conversation





Quelques heures passées dans le train, rien de tel pour engloutir un bouquin. Comme il fallait pas trop forcer, les Conversations Avec Antonio Lobo Antunes ont fait l'affaire. Ce recueil d'entretiens a été réalisé entre 2000 et 2001, à la suite d'Exhortation Aux Crocodiles, de la parution récente de N'Entre Pas Si Vite Dans Cette Nuit Noire, alors que l'auteur est en train de concevoir Que Ferai-Je Quand Tout Brûle.


Pourquoi Antonio Lobo Antunes m'est-il sympathique? Ce solitaire lisboète, bougon, à moitié sourd, qui parle peu, se montre peu, et passe le plus clair de son temps enfermé à écrire ou à lire. De ce qu'il livre de sa vie privée passionnante? Une vocation d'écrivain dès le plus jeune âge; des études de médecine forcées (il a exercé en tant que psychiatre); mobilisé pour la guerre en Angola, source d'un profond traumatisme; un divorce en coup de tête d'avec sa première femme, que néanmoins il accompagnera dans ses derniers mois; une vie de patachon vite remisée pour se consacrer exclusivement à ses livres.


Qu'ai-je appris? Se méfier des écrivains qui passent plus de temps dans les dîners en ville que devant leur ouvrage. Ou de ceux qui, en règle générale, parlent mieux que leurs bouquins ne sont. A la question de quoi parle le livre, il cite je-ne-sais-plus-quel auteur du XVIIIè qui répondait: "le livre parle de ce qui est écrit". Bonne réponse! Et quand il évoque la grande amitié qui le liait à son capitaine, jusqu'à la mort de ce dernier: ils passaient des heures ensemble sans parler. Et lorsqu'ils se quittaient, ils avaient l'impression de s'être dit beaucoup de choses...

10 commentaires:

Nat a dit…

Premier post de Solitary Man dédié à un autre Solitary Man, logique...

Welcome dans la blogosphère !
:)

Solitary Man a dit…

Bienvenue Nat! Première lectrice, premier commentaire!
But remember:

Do not go gentle
Into that good night

Dylan Thomas

Monsieur CRE a dit…

Zut, moi qui voulait être le premier. Mais en fait je suis le premier, question de genre.
Welcome donc dans la blogomachin.

Solitary Man a dit…

Bienvenue à toi, Monsieur Cre!! Ca me fait très plaisir aussi que tu soies là! Si tu veux bien me faire l'honneur d'être mon parrain de blog, je demanderai à Nat d'être ma marraine. Elle est pas bien mon idée ;-)

Nat a dit…

SM>
Faux voir... J'espère qu'il ne faut pas t'offrir une gourmette en or parce que je suis un peu à sec ces derniers temps (et accessoirement très radin aussi! :)

Nat a dit…

SM>
Euh je voulais dire "faut voir..."

oh la la ... j'suis mal là on dirait que la grande dame me guette !

Nat a dit…

Nan mais en fait c'est une technique pour laisser un commentaire de plus...

Elle est pas bonne ma technique ?

Bon, everybody vous zêtes priés de laisser des commentaires sur le blog de mon filleul parce que je ne vais pas pouvoir tenir longtemps comme ça toute seule !!!!

SM >
Call me l'animatrice de blog ! ;°)

Solitary Man a dit…

Nat tu fais exploser mes stats!!
Gourmette en or?? Une médaille d'écrous fera l'affaire...
Il me tarde que tu me portes dans tes bras sur les fonds baptismaux... Baptême au champagne only, please!

Solitary Man a dit…

Je laisse la place à mon animatrice de blog qui va nous pousser une petite turlutte, comme on dit chez nos cousins québequois...

Nat a dit…

SM>
Hum hum... Je ne connaissais pas ce sens du mot "turlutte" !